2014, pire année dans l’Histoire récente de l’apiculture française

Ajoutée le 21 mars 2015

Les apiculteurs français sont de plus en plus inquiets. Le taux de mortalité des abeilles atteint des records et la France n’a jamais si peu produit de miel depuis 20 ans.

Henri Clément, porte-parole de l’Unaf (Union nationale des apiculteurs français) a expliqué, lors d’une conférence de presse le 19 mars 2015 que « 2014 a été la pire des années dans l’Histoire récente de l’apiculture française qui voit sa production baisser constamment depuis 20 ans. »

Abeilles-miel par AFP

La mortalité des abeilles a atteint 50 à 80% dans de nombreuses zones des grandes régions de production du sud de la France.
« Avant l’arrivée de certains pesticides dans les années 90, comme les néonicotinoïdes, la mortalité était d’environ 5%. (…) Sur l’Ile d’Ouessant, elle est de 1 à 3% », a précisé Gilles Lanio, Président de l’Unaf .
Selon un autre apiculteur, « avec seulement 10.000 tonnes l’an passé, cela correspond à une production divisée par trois depuis 1995 ».

D’après de nombreuses études, les néonicotinoïdes sont particulièrement nocifs sur les abeilles et plus généralement sur les insectes dits « pollinisateurs », indispensables à la pollinisation des cultures.

Une avancée a peut-être eu lieu puisque, dans le cadre du projet de loi sur la biodiversité, les députés français ont voté, en première lecture, une interdiction de tous les néonicotinoïdes à partir de 2016.

En parallèle, le 20 mars 2015, l’agence du cancer de l’Organisation mondiale de la santé (Iarc) a classé 5 pesticides, dont l’un des plus utilisés au monde, le glyphosate, cancérogènes « probables » ou « possibles ». Cependant, l’Iarc, dans son communiqué, a noté que cette classification n’avait aucun caractère contraignant pour les Etats et qu’il revenait aux gouvernements et aux autres organisations internationales de recommander des réglementations, des législations ou des interventions de santé publiques.

Partagez cet article